Mémoire du poilu corniérand

disponible en téléchargement (88Mo)

Recueil "Mémoire du Poilu Corniérand" 1918 / 2018

 

 

APPEL AUX FAMILLES

 

A l'occasion du centenaire de l'armistice de la Grande Guerre, nous avons publié le recueil "Mémoire du Poilu Corniérand" . Pour ce faire, nous vous avions proposé de participer en nous confiant « vos témoignages familiaux », photos, lettres, cartes postales, articles sortis à l’époque… concernant essentiellement Cornier ou des Corniérands. Merci à tous ceux qui nous ont aidé dans notre quête.

Pour les retardataires, il n'est pas trop tard !

Si vous retrouvez des documents, n'hésitez pas à nous contacter par le biais de la Mairie, nous pourrons les numériser et les publier sur notre site.

Un Poilu corniérand enterré à Machelen

La Mairie a été contactée par Mr Patrick Lernout qui vit en Belgique à 10 km d’un cimetière militaire français situé à Machelen. Il précise que “ce cimetière est bien entretenu par le gouvernement français mais oublié par les gens”. A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, il a pris l’initiative de digitaliser toutes les données concernant les soldats qui sont enterrés dans ce cimetière comme il l’avait déjà fait pour un cimetière américain situé à 1 km de chez lui (concernant ce cimetière américain, vous pouvez aller voir le résultat de son travail sur www.flandersfieldbook.be).

Il se trouve qu’un des soldats enterrés dans ce cimetière militaire français est Monsieur Jean Pierre DÉCHAMBOUX dont le nom est inscrit sur le monument aux morts de Cornier.

Lire la suite...

Au coeur de la Haute-Savoie

Le site de Cornier est né dans l’espace boisé de la plaine des Rocailles qui lui a donné son originalité paysagère et sa vocation rurale. Fait particulier, la collectivité (paroisse puis commune) s’est organisée autour de trois pôles historiques :

  • Le chef-lieu, cœur d’une zone agricole voisine d’une éminence rocheuse devenue le siège d’une châtellenie : un donjon, des vestiges d’enceinte et un moulin conservent le souvenir du passé médiéval.
  • La Madeleine, aux confins des terres basses où fut installée la maladière de Veige : une chapelle et le toponyme du hameau gardent cette trace.
  • Moussy, espace de production polyvalente du coteau (forêt, prés, cultures) membre de la commanderie de Compesières (près de Genève) fondée par les Hospitaliers de Saint-Jean : la chapelle, inscrite au patrimoine des monuments historiques se classe parmi les premiers témoins haut-savoyards de ce type de construction.

    Lire la suite...